Les armes de quelques hyménoptères

  • Post published:23 juin 2021
Comparaison de taille dards hyménoptères
Dards d'hyménoptères

Dards d'hyménoptères

Hymenoptera- plusieurs familles (vespidae, apidae, formicidae)

Noms vernaculaires : frelon asiatique, guêpe poliste, guêpe commune, frelon européen, bourdon, abeille domestique, fourmi balle de fusil

Un petit assortiment

Je me suis amusé à rassembler sur cette planche les armes de quelques uns des hyménoptères avec lesquels nous pouvons faite la douloureuse expérience de la piqure.
Il s’agit des dards de spécimens assez communs en France.

La liste des invités

Vous trouverez de gauche à droite :
 – Vespa velutina, le frelon asiatique,
 – Polistes sp, une guêpe poliste. Les polistes construisent des petits nids de papier. On goute leur piqure en les dérangeant accidentellement, car il n’est pas rare qu’elles s’installent sous un transat, une table de jardin. On peut citer Polistes nimpha, P. dominula, ou encore P. gallicus, dont vous retrouverez les portraits dans les articles que je leur ai consacrés.
 – Vespula sp, qu’on pourrait appeler « guêpe commune ». Une des plus fréquentes est Vespula germanica, la guêpe germanique. Ce sont elles qui ont la fâcheuse habitude de s’inviter à nos pique-nique ou barbecues.
 – Vespa crabro, le frelon européen. Celui ci est particulièrement impressionnant, il s’agit peut être d’une reine, dont la taille est plus imposante que celle des ouvrières.
 – Bombus sp, un bourdon (espèce non identifiée). Et oui contrairement à la réputation qui veut qu’un bourdon n’ait pas de dard, il en a un.
 – Apis mellifera, l’abeille domestique. La particularité de l’abeille est que lorsqu’elle pique un mammifère, son dard reste planté dans la peau. Il s’arrache du corps de l’abeille, entrainant sa mort.

Un invité surprise

Et enfin, pour terminer, j’ai glissé un « intrus ».
C’est une espèce que l’on ne rencontre pas en France, ni même en Europe.
Mais elle illustre parfaitement l’adage « ce n’est pas la taille qui compte ».

Il s’agit de l’aiguillon d’un fourmi d’Amérique du Sud, Paraponera clavata.
Elle a un nom vernaculaire plus explicite : la fourmi balle de fusil.
Ce surnom lui a été donné en raison de la douleur fulgurante de sa piqure.
Cette dernière est classée comme la plus douloureuse infligée par un hyménoptère.
Retrouvez ici le portrait que j’ai pu faire de Paraponera clavata.

Chaque aiguillon a été photographié individuellement, en stacking. Puis j’ai regroupé l’ensemble des images en veillant à les ramener toutes à la même échelle.

Optique : plusieurs objectifs utilisés (Lomo 3,7x/011 et Mitutoyo 10x/0,28)
Boitier : Fuji X-T2
Soufflet macro : Nikon PB-6.
Rail motorisé : « Ultra-rail » de MJKZZ
Eclairage : panneaux LED  Yougnuo yn300air et diffuseurs maison
Logiciels : Zerene Stacker, Affinity Photo et Capture One Pro.

Partager