Lasiaglossum (Evylaeus) sp

Portrait d'une petite abeille sauvage de la famille des Halictidae

Lasioglossum (Evylaeus) sp ♀

Hymenoptera - Halictidae

Comme promis lors de la publication du portrait d’une abeille domestique, Apis mellifera, voici le portait d’une abeille « sauvage ».
Les abeilles « sauvages » sont représentées en France par un millier d’espèces. Beaucoup sont de taille très modeste et passent donc inaperçues. Elles sont néanmoins des agents de pollinisation de premier ordre et leur disparition serait tout aussi dramatique que celle de l’abeille mellifère.

L’espèce présentée appartient à la famille des Halictidae. Du genre Lasioglossum, sous genre Evylaeus.
Elle mesure entre 7 et 8mm.
Toutes les espèces de Lasioglossum nidifient dans le sol. La structure du nid s’établit souvent autour d’un conduit principal, une galerie creusée jusqu’à 60cm de profondeur. De là des galeries latérales partent vers les cellules de couvain, protégées ainsi des infiltrations d’eau.
Les larves qui naitront se nourriront de pollen récolté par les femelles et déposé dans les cellules.
Certaines espèces de Lasioglossum sont solitaires, d’autres sont sociales. Chez ces dernières il existe plusieurs mode de vie commune. Une femelle peut creuser un nid au printemps, élever une première génération d’ouvrières qui l’aideront à élever une seconde génération, voire une troisième. Les mâles apparaissent seulement à la dernière génération de la saison. Seules les jeunes femelles hiberneront, les mâles mourront à l’automne.
Chez certaines espèces comme Lasioglossum marginatum, seule la fondatrice pond. Le cycle de développement dure 4 à 5 ans. La descendance est formée d’ouvrières qui assurent l’entretien et l’approvisionnement du nid en pollen.
Des cas de fondation de nids par plusieurs femelles existent, mais une seule se charge de la ponte. A l’éclosion de la première génération les autres femelles quittent le nid.
On peut trouver des colonies dépassant le millier de nids.

 

Biographie : Fauna helvetica 6, Centre Suisse de cartographie de la faune, 2001.

Les nervures alaires et les bandes pubescentes sur le gastre (abdomen) sont des critères de détermination importants pour l'identification des abeilles.


Les ailes sont un élément précieux pour l’identification des abeilles. Certaines espèces possèdent 2 cellules submarginales (ou cubitales), alors que d’autres en comptent 3 (comme celle-ci).
La taille des cellules, l’épaisseur et la forme des nervures (par exemple la courbure de la nervure basale) sont également à considérer.

Dans la détermination j'ai indiqué qu'il s'agissait d'une femelle. Comment déterminer le sexe d'une abeille, quelle que soit son espèce ?

Il y a 2 critères infaillibles, mais pas toujours évident à mettre en pratique :

1- compter le nombre d’articles antennaires (ce que j’ai fait pour ce spécimen)
2- compter le nombre de tergites, c’est à dire les segments abdominaux

Une femelle possède 12 segments antennaires et 6 tergites.
Un mâle a 13 segments antennaires et 7 tergites.

Technique photo

Boitier Fuji x-t2 couplé à un soufflet macro Nikon PB-6.
Portrait:
Objectif de microscope Mitutoyo 7,5x/0,21 et Raynox DCR-250
Rail motorisé « Ultra-rail » MJKZZ, pas de 12,5µm
Eclairage par panneaux LED  Yougnuo Yn300air et diffuseurs DIY
Stacking de 85 photos
Traitement avec Zerene Stacker, Affinity Photo et Capture One.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp