Portrait de guêpe coucou

Voici le portrait d’une autre « guêpe coucou« , Hyménoptère de la famille des Chrysididae.


Les Chrysididae pondent dans les nids de guêpes ou d’abeilles solitaires. Suivant l’espèce, la larve se nourrit soit de la larve de l’hôte, soit, après avoir tué cette dernière, de la réserve de nourriture qui lui était destinée.


Taille : 6-7 mm

Technique :
Boitier Fuji XT2, obturateur électronique,
Objectif de microscope infini 10x/0,30 avec Raynox DCR-150 monté sur soufflet Nikon PB6,
Eclairage : Panneaux led yn300air,
Rail motorisé Ultrarail MKJZZ, pas de 4µm,
Focus stacking empilé avec Zerene Stacker, puis passage sous Photoshop et Capture One.


Quelle mouche t’a piqué

Je vais vous dévoiler l’identité de cette usurpatrice, que l’on prend pour une petite mouche domestique « comme les autres »..

Voici donc le portrait de Stomoxys sp, une mouche de la famille des Muscidae, qui ressemble à la mouche domestique mais qui est hématophage. Les 2 sexes piquent. Elle pique les animaux et l’homme occasionnellement, on la rencontre communément près des bergeries, étables et autres écuries.

L’espèce Stomoxys calcitrans porte les noms vernaculaires de : mouche piquante, mouche des étables ou encore mouche charbonneuse des chevaux car elle peut transmettre la maladie du charbon. Elle est également un vecteur de transmission de l’anémie infectieuse équine, de la fièvre porcine, ainsi que d’autres réjouissances.

Technique : focus stacking

Boîtier Fuji x-t2, objectif Lomo 3,7x monté sur soufflet Nikon PB-6. Ultra-rail MKJZZ, pas de 18,5um, rapport de 4x.

Assemblage de 105 photos avec Zerene Stacker, puis passage sous Photoshop et Capture One.

Un Rhinocéros dans ma piscine !

Le titre est un peu racoleur, je vous l’accorde. Mais pas de publicité mensongère pourtant.

Edit 21/07/19 : mise à jour de l’identification, il s’agit bien d’un rhinocéros, mais du genre Phyllognathus, en l’occurence P. excavatus.

Non pas de mensonge, car il s’agit bien d’un Coléoptère dont le nom vernaculaire est le Rhinocéros méridional, que j’ai retrouvé malheureusement noyé dans un skimmer de piscine.

C’est un gros coléoptère de la famille des Dynastidae, dont le mâle porte une corne céphalique dont la longueur est très variable suivant les individus.
Ses élytres sont lisses, luisantes, de couleur acajou.
La larve se développe en 2 à 4 ans, dans les matières végétales en décomposition.

Portrait de Phyllognathus excavatus, le rhinocéros méridional.

Technique : focus stacking et panoramique
Fuji xt2
Objectif de microscope Lomo 3,7x sur soufflet Nikon PB6,
monté sur rail motorisé MKJZZ, pas de 20µm,
panneaux led yn300air avec diffuseurs,
stack empilé avec Zerene Stacker, panoramique assemblé avec ICE, passage Photoshop et Capture One.

A que coucou !

Pour inaugurer la création de cette nouvelle rubrique macro, je vous propose un sujet haut en couleur :

Voici une minuscule « guêpe coucou », un Hyménoptère de la famille des Chrysididae.
Les Chrysididae pondent dans les nids de guêpes ou d’abeilles solitaires. Suivant l’espèce, la larve se nourrit soit de la larve de l’hôte, soit, après avoir tué cette dernière, de la réserve de nourriture qui lui était destinée.

Elle est ici en position de protection, repliée sur elle même, les pattes protégées par l’abdomen. Le dessous de l’abdomen a une forme particulière, plate avec un rebord, un peu comme un coffre à bijoux.
Taille : 6 mm

Technique :
Boitier Fuji XT2, obturateur électronique, 0,8s 200iso,
Objectif de microscope infini 10x/0,30 avec Raynox DCR-150 monté sur soufflet Nikon PB6,
Rapport de 8x
Eclairage : Panneaux led yn300air,
Rail motorisé Ultrarail MKJZZ, pas de 4µm,
Focus stacking de 260 images empilé avec Zerene Stacker, puis passage sous Photoshop et Capture One.

Guêpe coucou,
Guêpe coucou en position de protection