Formica rufa

Portrait de Formica rufa
Reine Formica rufa

Technique : focus stacking
Boitier Fujifilm xt2,
Objectif de microscope lomo 3,7x monté sur soufflet Nikon PB6,
Rail motorisé Ultrarail MJKZZ,
Eclairage : Panneaux led Yn300air avec diffuseur maison
Stack empilé avec Zerene Stacker, puis passage par Photoshop et Capture One 12.

Camponotus vagus, portrait de face.

Un autre portrait de Camponotus vagus

Technique : focus stacking
Boitier Fujifilm xt2,
Objectif de microscope lomo 3,7x monté sur soufflet Nikon PB6,
Rail motorisé Ultrarail MJKZZ,
Eclairage : Panneaux led Yn300air avec diffuseur maison
Stack empilé avec Zerene Stacker, puis passage par Photoshop et Capture One 12.

Camponotus vagus

Le portrait d’une imposante ouvrière.

Fourmi habitant en milieu boisé, la fondation se fait dans du bois mort ou dans le sol. Espèce omnivore, se nourrissant d’insectes ou d’éléments sucrés.
Taille 6à 13mm

Technique : focus stacking
Boitier Fujifilm xt2,
Objectif de microscope lomo 3,7x monté sur soufflet Nikon PB6,
Rapport de 4x,
Rail motorisé Ultrarail MKJZZ, pas de 20µm,
Eclairage : Panneaux led Yn300air avec diffuseur maison
Stack empilé avec Zerene Stacker, puis passage par Photoshop et Capture One 12.

Le graphisme de Graphosoma

Les punaises sont rarement appréciées, pourtant elles peuvent revêtir de beaux atours.

La punaise Graphosoma italicum, que l’on trouve en grand nombre sur les fleurs d’ombélifères, en est un bel exemple.
Ses couleurs vives, contrairement à un camouflage, mettent en garde ses éventuels prédateurs de son goût désagréable et sont donc censées la protéger.

Punaise rouge et noire Graphosoma lineatum.

Technique : focus stacking de 62 images.
Boitier Fuji X-t2,
Objectif d’agrandisseur Schneider Componon-S 50mm 2,8 monté inversé sur soufflet Nikon PB-6,
Rail motorisé Ultrarail MKJZZ, pas de 63µm,
Panneaux led yn300air et diffuseur,
Stack empilé avec Zerene Stacker, passage sous Photoshop, puis Capture One.

Une armure de cuivre et d’acier trempé

Détail de la cuirasse d’un petit Coléoptère de la famille des CHRYSOMELIDAE, Alticinae, Podagrica fuscipes
Taille 4mm

Cet insecte phytophage se trouve sur toutes les mauves, roses trémières.

Technique : Objectif 10x/0,30 avec Raynox DCR-250 sur soufflet avec diaphragme,
rail MKJZZ motorisé,
panneaux led et diffuseur,
stack empilé avec Zerene Stacker puis passage sous Photoshop.

La cicindèle des prés, de face

Cylindera germanica tel que pourriez la découvrir si vous étiez sa proie 🙂

Les impressionnantes mandibules de Cylindera germanica (ou Cicindela germanica), la Cicindèle des prés.
Taille : 11mm.

Technique : focus-stacking panoramique
Boitier Fujifilm Xt2, obturateur électronique,
Objectif de microscope infini 10x/0,30 avec Raynox DCR-250 sur soufflet Nikon PB-6,
Panneaux led Yn300air et diffuseurs diy,
Ultrarail motorisé MKJZZ, pas de 7,5µm,
Stack empilé avec Zerene Stacker, panoramique assemblé avec ICE, passage sous Photoshop et Capture One.

L’image finale est le panoramique de 3 piles d’images (stacks), d’un total de 520 photos.

La cicindèle des prés

Voici un des plus impressionnants coléoptères que l’on peut croiser.

Des longues pattes étudiées pour la course, des yeux très développés et des mandibules puissantes et acérées. Le tout combiné à une efficace tenue de camouflage, vous avez le portrait de redoutables chasseurs : les Cicindèles.
Ces Coléoptères font partie de la famille des Carabidae, sous famille des Cicindelinae.

Voici Cylindera germanica (ou Cicindela germanica), la Cicindèle des prés.
Taille : 11mm.
Le spécimen trouvé est malheureusement abimé, il manque l’extrémité de l’abdomen et des élytres, mais j’ai décidé de l’exploiter quand même car l’occasion ne se présente pas tous les jours.

Technique
Boitier Fujifilm Xt2, obturateur électronique,
Objectif de microscope Lomo 3,7x sur soufflet Nikon PB-6,
Panneaux led Yn300air et diffuseurs diy,
Ultrarail motorisé MKJZZ, pas de 20µm,
Stack empilé avec Zerene Stacker, panoramique assemblé avec ICE, passage sous Photoshop et Capture One.

L’image finale est le panoramique de 3 piles d’images (stacks), soit un total de 350 photos.
L’avantage de cette méthode est d’avoir le maximum de résolution sur le fichier final (ici 55 mégapixels), ce qui permet de grands tirages et apporte aussi un confort lors de l’étape du post-traitement, car oui il y a du nettoyage et de la retouche pour finaliser une prise de vue en extrême macro (où les poussières deviennent des cailloux )

Panoramique de Cylindera germanica

L’œil de Camponotus sp

Formicinae, Fourmi, Extrememacro, Fractiondinstant, Camponotus, Portrait
Détail de l’œil à facettes de Camponotus sp, du groupe aethiops.
(voir sur le même thème Camponotus)

Technique
Boitier Fujifilm xt2, obturateur électronique,
Objectif de microscope infini 10x/0,30 avec Raynox DCR-150 monté sur soufflet Nikon PB6,
Rapport de 10x,
Rail motorisé Ultrarail MKJZZ, pas de 5µm,
Eclairage : Panneaux led Yn300air avec diffuseur maison
Stack de 182 photos empilé avec Zerene Stacker, puis passage par Photoshop et Capture One 12.